Comment le gouvernement va faire passer des lois inacceptables avec l’accord des syndicats

Tout esclave a en ses mains le pouvoir de briser ses chaînes. [William Shakespeare]

Il est évident que depuis le début, le gouvernement n’a jamais voulu faire passer des articles de loi comme la mise en place de plafonds aux prud’hommes : ils sont anticonstitutionnels et auraient été rejetés par l’Europe. En mettant en avant de telles aberrations, chacun se concentre sur les éléments les plus inacceptables, avec manifestations à l’appui. Aujourd’hui, une majorité se félicite que le gouvernement ai modifié sa copie. Ainsi le pays se divise avec d’un côté ceux qui acceptent la version 2 de la loi El Komri en contre partie des efforts concédés par le gouvernement, et de l’autre ceux qui ne se laissent pas leurrer et continuent de se battre contre ces « nouvelles lois », celles qui sont réellement prévues depuis le début.

Prenons par exemple l’article de loi concernant la hausse du temps de travail sans hausse de salaire qui figure dans la 2ème version de la proposition de loi El Komri validée par les partenaires sociaux. En cas de refus du salarié d’augmenter son temps de travail, celui-ci pourra être licencié pour motif personnel ! Cette partie de la proposition de loi passe totalement à la trappe. En effet, sans les articles tels que la mise en place de plafonds aux prud’hommes ou encore l’allongement du temps de travail des apprentis sans autorisation préalable, jamais cet article de loi n’aurait été validé par les partenaires sociaux. Mais le gouvernement a fait un bel effort, à eux de faire le leur !

En offrant cette possibilité aux employeurs de licencier pour un tel motif, les patrons peuvent être rassurés, ils pourront désormais licencier facilement en toute légalité, et la question des plafonds aux prud’homme devient inutile. En effet, il leur suffira de faire des propositions inacceptables en terme de temps de travail sans contrepartie financière aux salariés qui ne pourront que refuser (ou accepter ce très bel exemple d’esclavage) et ainsi se faire licencier.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *