Août 14

Convocation à un entretien préalable au licenciement : à quelle sauce allez-vous être mangé ?

Licenciement – Olivier Le Trouher

Vous avez reçu un Recommandé avec Accusé de Réception et surprise : votre employeur vous convoque à un entretien préalable au licenciement ! Le glas a sonné : votre employeur a décidé de se débarrasser de vous. Pour certains ce sera une évidence, pour d’autres, une terrible surprise de très mauvais goût.

Cet entretien est une épreuve qui peut être très difficile à appréhender. Qui dit entretien préalable au licenciement, ne dit par forcément licenciement. En théorie, cet entretien est un moment d’échange qui a pour objectif de trouver des solutions à un problème, une conciliation et éviter le licenciement (dans la joie et la bonne humeur bien sûre!!). En vrai, il faut être réaliste, ce n’est qu’un échange formel imposé par la loi lors duquel l’employeur va déballer ses griefs contre vous qui allez pouvoir entamer une négociation avec des arguments qui se doivent d’être persuasifs.

Il faut savoir que vous avez le droit d’être accompagné à cet entretien préalable au licenciement. Il existe 2 situations :

    • – de 50 salariés dans l’entreprise : il n’y a pas d’Instances Représentatives du Personnel. Vous avez le droit de faire appel à la personne de votre choix appartenant à l’entreprise ou à un Conseiller du Salarié.
        • Vous avez légalement 5 jours ouvrés (délai minimum entre la présentation du courrier de convocation à entretien préalable au licenciement et la date de l’entretien) pour en trouver un.
        • La liste des Conseillers du Salarié de votre département est disponible soit à l’inspection du travail soit à la mairie.
        • Il vous faudra prévenir l’employeur de sa venue. Il pourra demander de justifier sa qualité de Conseiller du Salarié mais en aucun cas refuser sa venue et entraver sa mission d’assistance du salarié lors de l’entretien préalable au licenciement.
        • L’intervention du Conseiller du salarié est bénévole. Il dispose d’heures de délégation pour vous accompagner, il est soumis au secret professionnel et a une obligation de discrétion quant au données considérées comme confidentielles de la part de l’employeur. (plus de précisions sur travail-emploi.gouv.fr)
    • + de 50 salariés dans l’entreprise : il y a des Instances Représentatives du Personnel. Vous pouvez faire appel à la personne de votre choix de l’entreprise, et donc à un Délégué du Personnel pour vous accompagner.

Pensez à préparer votre défense, à choisir les arguments que vous opposerez. Le compte rendu que va rédiger le Conseiller du Salarié ou le Délégué du personnel aura en effet valeur légale lors d’une éventuelle suite devant le conseil des Prud’hommes. Dans ce compte rendu il devra noter tout ce qu’il s’est dit en tant que témoin de l’entretien (de façon neutre pour que ce soit valable), vous fera signer le document ainsi qu’à l’employeur. Il apposera ensuite sa signature (la seule qui fait foi devant le conseil des Prud’homme) ainsi que sa pièce d’identité. Il vous remettra alors le compte rendu qu’il vous faudra garder précieusement.

Share
Août 12

3 conseils aux salariés quand tout va bien

Quand je pense au nombre de fois où lors d’une banale discussion en soirée, on m’a demandé des conseils quant à une situation compliquée au travail et que ça s’est fini par « si j’avais su je me serais syndiqué », « je me syndique dans mon prochain boulot ». Déjà, il faut savoir qu’une situation compliquée ne se résout pas en quelques phrases et quelques minutes. Et malheureusement, la plupart du temps les personnes qui sont au pied du mur se retrouvent démunis face à une situation qu’elles ne maitrisent pas. Pas toujours facile de savoir vers qui se tourner dans des situations où l’on est en détresse. Souvent ces personnes veulent juste négocier une amélioration de la situation en restant ou en partant de l’entreprise et ont juste besoin de conseils.

 Afin de ne pas se retrouver un jour soit même au pied du mur, voici donc quelques conseils :

  • Archiver régulièrement ses e-mails sur clé USB ou réaliser des transfert dans sa boite perso. Attention à ne pas transférer des données pouvant être considérées comme confidentielles par l’employeur.
  • Tracer tout ce qui ce dit à l’oral. Par exemple, votre hiérarchie vous dit pendant la pause cigarette que vous devez refaire la partie 4 du dossier pour la nouvelle campagne de pub du prochain trimestre, envoyez un e-mail en disant : « peux tu me confirmer (ou « j’ai bien noté ») que je dois bien modifier la partie 4 du dossier en supprimant la publicité par avion pour remplacer par des hélicoptères ?  » Avec ce type de mails, vous éviterez bien des déboires et tracerez même des choses à l’oral.
  • Se syndiquer pour plusieurs raisons :
    • aujourd’hui 5% des salariés sont syndiqués. C’est fort dommage quand on sait que c’est une minorité de salariés agissante qui bénéficient (voire profitent) de privilèges d’audience totalement injustifiés. En effet, ils ne font pas que trouver des places de cinéma moins cher au CE ou râler dans la rue avec des panneaux quand ça leur chante : ils négocient (ou pas selon leurs motivations….) énormément de choses pour l’ensemble des salariés au niveau national mais aussi et surtout dans toute les entreprises de plus de 50 salariés !!! Chaque salarié, en laissant les syndicats avec autant de liberté empêche toute démocratie au sein de l’entreprise: seulement quelques personnes négocient avec l’employeur alors de détails comme le maintient de l’employabilité des seniors, le handicap, les horaires, les augmentations, les suppressions de postes, etc… Finalement ils font ce qu’ils veulent, ils ont peu d’électeurs à convaincre pour gagner leurs mandats, qui va alors les protéger de tout licenciement pour 4 ans (salariés protégés par l’inspection du travail). Et en se débrouillant bien, ils seront ré-élus au bout des 4 ans par toujours ces 5% à démarcher. Je vous passe ceux qui « arrangent » l’employeur par intérêt personnel et financier. Mais rassurez-vous il y en a qui font bien leur boulot, voire un peu trop et qui finissent par déranger énormément l’employeur !!!
    • Lorsqu’on est dans un syndicat en entreprise, on est au courant de ce qu’il s’y passe d’une part, et surtout, on a quelqu’un à qui s’adresser, qui connait parfaitement les interlocuteurs, le contexte et les différents moyens d’actions possibles. En effet, un représentant syndical sait comment fonctionne la hiérarchie et va pouvoir dire que par exemple dans son entreprise, la meilleure menace est l’image pouvant être donnée à l’extérieur. Pour d’autre ça pourrait être uniquement parler de chiffres. Le représentant syndical par expérience est aussi au courant que tel directeur a toujours les mêmes types de problèmes avec ses salariés.  En bref, quand tout va bien c’est chouette, quand tout va mal, la meilleure personne pour défendre doit très bien connaitre l’entreprise et le représentant syndical est une bonne référence (il faut bien le choisir quand même).
    • Autre très gros avantage, les syndicats ont des réseaux très importants (même utilisables pour retrouver un travail)  et surtout des bataillons de juristes pour vous conseiller dans vos difficultés. Ils proposent même des formations de type « techniques de négociations », « Prévention des Risque Psycho Sociaux dans l’entreprise dont harcèlement moral », etc…

A savoir également que si vous souhaitez négocier quelque chose, ne surtout pas démissionner car c’est beaucoup plus facile quand on encore dans l’entreprise !!!

Share